Depuis sa création, la FAJOID a mené et a contribué à la réalisation de plusieurs actions de développements en faveur des populations locales et vulnérables au Cameroun. Parmi ces interventions, les plus saillants sont résumés dans les lignes qui suivent.

  1. Projet d’écotourisme dans la RBD (réserve de Biosphère du Dja) pour le maintien de la biodiversité et l’accroissement des revenus des populations riveraines

Ce projet est un projet entièrement mis en place et exécuté par la FAJOID. La zone d’intervention de ce projet couvre les régions du Sud et de l’Est plus précisément à la périphérie de la réserve de biosphère du Dja. La FAJOID exécute ce projet pilote en partenariat avec les agents du service de la conservation. La convention de collaboration FAJOID/conservateur de la RBD est en révision. Car ces activités initiées par FAJOID sont intégrées dans le plan d’aménagement du Dja tel que consigne dans les Sous-programme 3.3 : Développement de l’écotourisme et Sous-Programme 3.2 : Gestion participative des ressources naturelles.

  1. Projet d’appui à l’éducation de la jeune fille pour la réduction des déviances, des grossesses précoces et des infections sexuellement transmissible :

Comme le précédent, ce projet de développement social est entièrement élaboré et implémenté sur le terrain par la FAJOID dans les arrondissements de Mindourou, Lomié, Messok et Ngoyla. Ce projet vise la prévention contre les grands fléaux qui sévissent dans le monde entier en ce qui concerne les maladies. Aussi dans ce projet, la FAJOID démontre comment le phénomène des IST et des grossesses précoces influence sur le développement social, économique et culturel de ces populations.

  1. Programme « Rendons Heureux les Orphelins et Enfants Vulnérables »

A la veille des fêtes de fin d’année, moment privilégié où parents et acteurs sociaux d’horizons divers entendent manifester à tous les enfants du monde les gestes de tendresse, d’amours et de grande attention, la FAJOID a pensé la mise en œuvre de la première édition du programme « Rendons Heureux les Orphelins et Enfants Vulnérables » (RHOEV 2013). Initiative dont l’objet est de redonner l’espoir aux Orphelins et Enfants Vulnérables(OEV), informer et sensibiliser les parents et toutes les autres parties prenantes de manifester leur élan de cœur pour le soutien de cette tranche de la population. C’est la nécessité qui est la nôtre de sortir les OEV de l’ornière existentielle qui se manifeste le plus souvent à travers les actes d’abandon, de délaissement, de négligence et de violence dont ceux-ci sont parfois hélas victimes. Pour ces enfants qui sont l’avenir de demain, c’est un devoir de susciter une prise de conscience de tous les acteurs et de la société sur la prise en charges des OEV, faire briser le silence des OEV, faciliter le dialogue OEV-parents / éducateurs, promouvoir l’épanouissement et l’autodétermination et l’intégration social de OEV.

Ce programme, financé à 95% sur fonds propre de FAJOID est menée en collaboration avec le MINAS précisément le Chef de Service de l’Action Sociale auprès des populations Pygmée de Lomié sous le haut patronage de M. le sous-préfet de l’Arrondissement de Lomié. Certains leaders Baka sont mis à contribution pour faciliter les études dans les ménages.

L’expérience de l’organisation dans les projets et/ou sur les questions similaires à la thématique de ce projet s’articule également sur la somme des expériences professionnelles des personnes ressources de FAJOID désignées pour la mise en œuvre de l’action.

Retrouvez le rapport de ce programme en cliquant sur le lien ci-dessous

FAJOID_rapport RHOEV 2017

4. Formation et coaching des acteurs

Expérience spécifique relative aux questions des moyens d’existences des peuples autochtones :

La FAJOID au travers de sa présidente du comité de gestion a participé à la mise en œuvre de trois grand projets au sein du PERAD  (l’organisation pour la protection de l’environnement la recherche et l’appui au développement) :

  • « Le projet d’appui à la participation des pygmées Baka à la gestion forestière et accès aux revenus dans le département du Haut-Nyong au Cameroun ». Projet financé par l’Union Européenne.
  • « Le projet sécuriser les forêts et les moyens d’existence des Baka, Bakola et Bagyeli au Cameroun ». Un projet du CED (Centre pour l’Environnement et le Développement) et RAINFOREST FONDATION. L’équipe du PERAD à laquelle faisait part Madame ANKOM ONTSA Annie Florence (Présidente fondatrice de FAJOID) vers la fin du projet en 2009 s’est accordée de :
  • Poursuivre avec l’approche participative à travers les LIKANO ou théâtre populaire et Focus Group ;
  • Organiser la collecte du MBALAKA(PFNL) qui est une grande source de revenu financière pour les Baka ;
  • Acheter le matériel agricole tel que les machettes, limes, houes, les semences d’arachides et les concombres ;
  • Distribuer avec des signatures d’engagements aux prêts, du matériel et semences acquis ;
  • Faire le suivi des champs ;
  • Et organiser un atelier national sur les forêts communautaires à Lomié.
  • Le projet «sécurisation des droits coutumiers des communautés autochtones Baka dans et autour des parcs nationaux de BoumbaBek et Nki »

L’objectif de ce projet étant d’aider les communautés locales et autochtones à sécuriser leurs droits coutumiers dans les plans d’aménagement forestiers. Ici il était question pour l’équipe non seulement d’organiser les réunions afin de préparer les leaders communautaires « KULAWE » à la rencontre avec les autorités ; mais également réaliser la cartographie participative après une formation réalisée à Lomié des organisations partenaires du CED dans la mise en œuvre de ce projet.).

L’expérience de votre organisation en matière de réalisation de projets de coopération internationales, de gestion des ressources naturelles ayant obtenu des résultats positifs, le cas échéant

Cette dernière se résume comme ci-après présentée :

REFERENCE TECHNIQUE N° 01:

Nom de la mission : Elaboration du plan d’action pour le développement social économique et culturel des populations autochtones Baka de Lomié, Messock et Ngoyla Pays : Cameroun

 

 

Lieu :

Arrondissements de NGOYLA, LOMIE et MESSOCK

Département du HAUT NYONG

Région de L’Est Cameroun

Personnel spécialisé fourni par la FAJOID (profil) :
· Ingénieur Agro-socio économiste (Coordonnateur)
· Ingénieur Agronome (Superviseur technique)
· Technicien Supérieur d’Agriculture (Facilitateur)
· Licencier en Sciences Economiques et en LMF
Adresse : BP 18 Lomié

Téléphone +237 678070093

Email : fajoidong@yahoo.fr

Nombre de mois de travail / durée de la Mission :

05 mois

 

Descriptif du projet :

Permettre aux pygmées d’être capables de réaliser une production annuelle quantitative et qualitative en
mesure de satisfaire leurs besoins d’autoconsommation et éventuellement de générer des revenus substantiels et durables. Les objectifs spécifiques poursuivis :
Eradiquer la sous-alimentation et la malnutrition chez les populations autochtones Baka
Renforcer les capacités des populations autochtones Baka en production agricole
Renforcer les capacités des populations autochtones Baka en conservation, transformation et commercialisation des produits alimentaires
Renforcer les capacités organisationnelles

Description des activités effectivement rendues par notre personnel :
· Sensibiliser les populations autochtones Baka à la pratique de l’agriculture ;
· Recenser les agriculteurs et les organiser à la pratique de l’agriculture ;
· Choisir les sites et mettre en place des parcelles expérimentales ;
· Former les populations autochtones Baka à la pratique de l’agriculture ;
· Recenser les producteurs ;
· Suivre et appuyer la mise en valeur des parcelles agricoles ;
· Acheter et distribuer le matériel agricole (30 machettes, 30 limes, 30 houes affûtées 20 plantoirs affûtés
et 10 haches affûtées) ;
· Acheter et distribuer les semences (205 kg de macabo précoce, 1.200 kg d’igname locale, 25 kg de
maïs, 50 kg d’arachide locale, 1.200 rejets de bananier plantain) ;
· Faire le suivi des cultures en champs et former les populations autochtones Baka aux techniques de
conservation et/ou conditionnement ;
· Evaluer les récoltes et les aider à la conservation, commercialisation des produits ;
· Conduire l’étude sur le potentiel, les obstacles et les moyens de valorisation des Produits forestiers non
ligneux (PFNL) ;
· Sensibiliser et organiser les populations autochtones autour des PFNL
Nom du consultant : FAJOID

REFERENCE TECHNIQUE N° 02:

Nom de la mission :

Elaboration de 16 Plans Locaux de Développement dans l’arrondissement de NGOYLA

 

Pays : Cameroun

 

 

Lieu :

Arrondissement de NGOYLA

Département du HAUT NYONG

Région de L’Est Cameroun

Personnel spécialisé fourni par la FAJOID (profil) :
Ingénieur Agro-socio économiste (Coordonnateur)
Ingénieur Agronome (Superviseur technique)
Technicien Supérieur d’Agriculture (Facilitateur)
Licencier en Sciences Economiques et en LMF
(Facilitatrice)
Adresse :

BP 4982 Ydé tél:(237) 222 61 20 57
projet@ngoylamintom.cm

Nombre de mois de travail / durée de la Mission :

05 mois

 

Descriptif du projet :
Doter les villages d Ngoyla de 16 Plans de Développement Locaux conformément aux objectifs du document
de Projet de conservation et d’utilisation durable des ressources forestières et fauniques du massif forestier
de NGOYLA MINTOM
Description des activités effectivement rendues par notre personnel :

· Informer les administrations sur la tenue du processus ;
· Sensibiliser toutes les parties prenantes en vue de leurs participations au processus ;
· Tenir un atelier de lancement du processus ;
· Organiser et modérer des ateliers de découpage ;
· Définir le découpage de la zone en 16 Unités de Planification Participatives(UPP) ;
· Implémentation du diagnostic participatif et de la restitution des résultats du diagnostic ;
· Collecte des données de base et repérage des infrastructures existantes ;
· Conduire le diagnostic participative dans les zones concernées;
· Programmer et planifier les interventions ;
· Mise en place / restructurer des Comités de Développement devant assurer la bonne exécution des
actions retenus dans les PDL ;
· L’élaboration des statuts des comités de développements ;
· Tenir l’atelier de restitution et de validation ;
· légalisation des comités de développements
· Appui à la formulation du rapport de faisabilité du projet prioritaire et à la recherche du financement.

Résultat immédiat (extrant) :

·         Capacités des communautés autochtones pour assurer leur participation effective aux négociations concernant leurs droits au sein    des espaces forestiers renforcées

·         Droits fonciers des communautés autochtones dans les terroirs qu’elles occupent assurés et pris en compte

·         Plaidoyer effectif engagé auprès des autorités et autres communautés pour faciliter la prise en compte des autochtones dans la législation forestière

 

Nom du consultant : FAJOID

REFERENCE TECHNIQUE N° 03:

Nom de la mission :

Etude sur la contribution des 10% de la RFA à l’amélioration des conditions de vie des populations locales et autochtones, et l’analyse des défis liés à la gestion de ces revenus forestiers

Pays : Cameroun

 

 

Lieu :

Massif forestier de Belabo et ses
environs, Arrondissements de Belabo, Bertoua, et de Bétaré- Oya, Commune de Mandjou ;

Département du LOM & DJEREM

Région de L’Est Cameroun

Personnel spécialisé fourni par la FAJOID (profil) :
· Ingénieur Agro-socio économiste (Coordonnateur)
· Ingénieur Agronome (Superviseur technique)
· Technicien Supérieur d’Agriculture (Facilitateur)
· Licencier en Sciences Economiques et en LMF
Adresse : CED BP 3430 Yaoundé
www.cedcameroun.org / contact@cedcameroun.org
Nombre de mois de travail / durée de la Mission : 01 mois

 

Descriptif du projet :

Dégager les forces et les faiblesses ainsi que les menaces et opportunités offertes par la Fiscalité
Forestière Décentralisée, et proposer des éléments pouvant garantir et améliorer la gouvernance dans le
processus de gestion des forêts par une meilleure implication des acteurs communautaires ;
Générer des recommandations au sein de CFA afin de permettre le plaidoyer pour un meilleur partage
des bénéfices issus de l’exploitation forestière, notamment par la réintroduction de la quote-part de RFA
directement destiné aux communautés et le suivi effectif de la gestion de ladite quote-part.

Description des activités effectivement rendues par notre personnel :

Préparer la mission,
Documenter les expériences les plus pertinentes de gestion des sommes perçues par les
communautés pour le compte de 10% des RFA depuis 1994. Plus précisément, il s’agira de ressortir la
situation sur les paiements perçus par les communautés et les montants à elles accordées, d’observer
les réalisations faites par les communautés avec les 10% et mesurer l’impact de la RFA sur l’amélioration
des conditions de vie des communautés
forestières. Une analyse des contraintes et opportunités observées dans l’attribution et la gestion des
RFA sera également faite ;
Conduire au sein de CFP des actions de plaidoyer pour un transfert direct d’une
quote-part de RFA vers les communautés, sur la base des leçons tirées des expériences
passées.

Résultats obtenus :
Une analyse compréhensive de l’accès et la gestion de la RFA par les communautés des
régions forestières est disponible dans une forme utilisable par CFP ;
Des recommandations pour une répartition plus équitable de la RFA sont formulées et
validées par CFP ;
Les recommandations de CFP sont prises en compte par les décideurs dans le cadre
de la loi des finances 2016.
Nom du consultant: FAJOID

REFERENCE TECHNIQUE N° 04:

Nom de la mission :

Exécution des activités du projet d’appui à la participation des pygmées Baka à la gestion forestière et accès aux bénéfices
dans le département du Haut-Nyong ; précisément dans la zone d’Abong-Mbang.

 

Pays : Cameroun

 

 

Lieu :

Arrondissements d’Abong Mbang les communautés Baka de Ndibot et Missoumé.

Département du HAUT NYONG

Région de L’Est Cameroun

Personnel spécialisé fourni par la FAJOID (profil) :
Ingénieur Agro-socio économiste (Coordonnateur)
Ingénieur Forestier (Superviseur technique)

 

Adresse : BP 63 Lomié
Téléphone (237) 74 59 16 69 / 96 84 83 36
Email : perad_ong@yahoo.fr
Nombre de mois de travail / durée de la Mission :

12 mois

 

Noms des OAL associés / partenaires éventuels : Nombre de mois de travail de spécialistes fournis par les prestataires associés :
Descriptif du projet :

Le projet d’appui à la participation des pygmées Baka à la gestion forestière et accès aux revenus dans
le département du Haut – Nyong au Cameroun a pour souci, la sécurisation des droits des peuples
autochtones Baka pour leur prise en compte dans la gestion durable des ressources forestières et de
leurs revenus dans les communautés Baka de Ndibot et Messoumé.

Description des activités effectivement rendues par notre personnel :
– Promotion des intérêts des populations Baka dans la législation forestière au Cameroun ;
– Promotion du droit foncier des communautés Baka dans le finage villageois ;
– Facilitation de l’accès et le renforcement de la mise en valeur des bénéfices issus des
redevances forestières annuelles par les populations ;
Nom du consultant : FAJOID

REFERENCE TECHNIQUE N° 05:

Nom de la mission :

Facilitation du recensement des produits et sites touristiques dans la commune de LOMIE dans l’optique d’implémenter un projet
d’écotourisme dans la zone Ngoyla Mintom

Pays : Cameroun

 

 

Lieu :

Arrondissements de LOMIE
Département du HAUT NYONG

Région de L’Est Cameroun

Personnel spécialisé fourni par la FAJOID (profil) :

Ingénieur Agro-socio économiste (Coordonnateur)
Ingénieur forestier (Superviseur technique)
Licencier en Sciences Economiques et en LMF (Facilitatrice)

Adresse :
FOMOD / IFMA
Nombre de mois de travail / durée de la Mission : 09 mois

 

Descriptif du projet :

Dans la mouvance actuelle de la lutte contre la pauvreté et de la conservation de la biodiversité, les communautés de base occupent de plus en plus une place centrale et deviennent de véritables acteurs du processus de développement à la base. Dans ce contexte, le circuit éco touristique sera constitué des produits qualifiés de services ou objets culturels ou des sites environnementaux. Un recensement et une description plus appropriées de ces produits seront réalisés dans l’optique d’apporter une valeur et susciter un intérêt au circuit qui se mettra progressivement en place dans la forêt modèle.

 

Description des activités effectivement rendues par notre personnel :

Élaboration des termes de références pour les différents produits à recenser ;
– Recensement et cartographie des produits du circuit éco touristique;
– Description des différents produits à retenir pour le circuit éco touristique ;
– Rédaction du draft du document du circuit éco touristique

 

Nom du consultant : FAJOID
Le Réseautage

Grâce au dynamisme de sa présidente, la FAJOID a su s’intégré dans de  grands regroupements d’ONG de développement nationale et régionale. Ce potentiel a déclenché une confiance car dans ce sens, la FAJOID a eu à réaliser en partenariat avec d’autres structures des prestations à la dimension de la mission sollicité au CUSO

  • Membre du ROLD (Réseau des ONG Locales du Dja), à ce titre un où deux représentants de la FAJOID participent aux réunions, formations, travaux, échanges et partages d’expériences organisés par le réseau.
  • Membre du groupe d’acteurs des organisations de la société civil de la FOMOD (Forêt Modèle de Dja et Mpomo) et membre du groupe d’acteurs écotourisme de la FOMOD. Ainsi, la FAJOID participe à divers initiatives du SRAFM (Secrétariat du Réseau Africain des Forêts Modèles). Entre autre, la FAJOID a proposé la description d’un circuit éco touristique en septembre 2011 au projet le « MUSEE DE L’ARBRE » initié par le SRAFEM dans les deux forêts modèles.
  • La FAJOID à travers sa présidente du conseil de gestion a facilité la mission d’évaluation du potentiel touristique d’une équipe d’étudiants canadiens en tourisme d’aventure et de plein air avec leur enseignante à la FOMOD dans le cadre du projet STEP du SRAFEM mis en œuvre dans les deux forêts modèles.
  • FAJOID est membre du Réseau des Femmes Africaines pour la gestion communautaire des Forêts (REFACOF) et a participé à travers sa présidente à la majorité des travaux et consultations en ateliers du REFACOF – Cameroun depuis la première Assemblée Générale Régionale. FAJOID a contribuée avec le REFACOF à la révision de la loi forestière en faveur de la prise en compte des intérêts des femmes dans les tenures forestière et foncière.
  • FAJOID à travers sa présidente du conseil de gestion assure la coordination adjointe du bureau régionale de l’EST de la Brigade citoyenne de Veille sur la bonne gouvernance démocratique. Cette dernière est un comité régional de suivi participatif de la gouvernance locale et du respect des promesses électorales par les Mairies de la région de l’Est. FUTUR AFRIQUE dans le cadre du projet d’appui à la bonne gouvernance dans la région de l’Est au Cameroun (PROJET PRODEMO-EST) s’est fait la promesse de renforcer la démocratie et la gouvernance locale dans la Région de l’EST au Cameroun à travers la participation effective des populations locales au processus de désignation et de responsabilisation des élus locaux ; de suivi et de contrôle de la gouvernance locale. FAJOID assure la coordination de la Brigade citoyenne de veille (régionale) crée dans le cadre de ce projet.
  • Aussi, FAJOID est l’OAL qui accompagne et mobilise les communautés de Lomié Messock et Ngoyla dans la mise en place de la plateforme sur la redevabilité minière du ministère des mines et ainsi que le projet ProMess de FODER à Ngoyla.
  • FAJOID est membre actif de la Plateforme Forêt et Communauté(CPF) qui s’est engagée sans ambages dans une meilleure protection des droits des communautés forestières dans les processus de gestion durable des ressources naturelles. Plateforme Coordonnée par le Centre pour l’Environnement et le Développement(CED) à ce titre ; FAJOID participe aux réunions, formations, travaux, échanges et partages d’expériences organisés par les membres du réseau CFP et le CED.la fiche suivante donne le détail des actions de notre ONG au cours de l’année 2015. Concrètement, au sein de la plateforme CPF FAJOID s’est engagé dans la mise en œuvre et le suivi de l’APV FLEGT (participation, transparence, ainsi que d’autre question générale) ; l’observation indépendante externe ; la conservation des forêts ; le partage des bénéfices issus de l’exploitation des ressources naturelles aux communautés riveraines ; les changements climatiques …

ETAT RECAPITULATIF DES ACTIONS DE L’ONG FAJOID EN 2015

Question/

Thématiques

Mise en œuvre de l’APV : participation, transparence, autre question générale… Observation Indépendante Externe Conversion des forêts Partage des bénéfices Changements climatiques
Nos initiatives en 2015 : projets, initiatives, réunions, etc. -Participation à l’atelier de planification des actions de la plateforme Community & Forest pour l’année 2015  et de renforcement des capacités sur la problématique de l’exploitation minière et droits des communautés;

-Participation à l’atelier  trimestriel de suivi de la mise en œuvre des actions prioritaires de la plateforme CFP, au programme:

-Restitution des participations et actions de  CFP sur la gouvernance (semaine FLEGT 2015 à Bruxelles ; processus d’évaluation du plan d’action FLEGT et réflexion sur l’approche de renforcement du partage de nos messages ; Gouvernance forestière dans le bassin du Congo  etc)

– Points d’échanges sur les outils opérationnels de gouvernance : Cadre d’analyse des impacts de l’APV (Présentation projet EPI-FLEGT et niveau de mise en œuvre et du Guide méthodologique de développement d’un système de suivi des impacts de l’APV pour les OSC )

-Réflexion CFP sur la transparence, l’observation indépendante et la conversion des forêts dans le contexte de l’APV (l’étude FODER sur la mise en œuvre de l’annexe VII ; l’étude CED sur la transparence dans le secteur forestier )

-Réflexion sur d’autres défis de gouvernance (travail de « l’Environmental Investigation Agency (EIA) » dans le suivi de la gouvernance forestière et des possibilités de collaboration avec les OSC)

-Note de positions de CFP pour la contribution au procesus de  révision du plan d’action FLEGT

Participation à la rédaction de la demande de participation de la plateforme forêts et Communautés à l’élaboration des TDRs de l’Observateur Indépendant de l’application des règlementations forestières, la gouvernance et les échanges commerciaux de bois et produits dérivés vers l’Union Européenne (OI-FLEGT) Participation à l’atelier  trimestriel de suivi de la mise en œuvre des actions prioritaires de la plateforme CFP :

-Réflexion CFP sur la conversion des forêts dans le contexte de l’APV

 Étude sur la contribution des 10% de la RFA à l’amélioration des conditions de vie des populations locales et autochtones, et l’analyse des défis liés à la gestion de ces revenus forestiers : Cas du massif forestier de BELABO et ses environs. Participation deux réunions de sensibilisation REDD et changement climatiques organisée par UICN et REFACOF à Lomié.
Participation à l’atelier  trimestriel de suivi de la mise en œuvre des actions prioritaires de la plateforme CFP, au programme:

-Réflexion CFP sur la transparence, l’observation indépendante dans le contexte de l’APV (enjeux relatifs à de l’OI/OIE dans le contexte actuel de mise en œuvre de l’APV)

Rencontre de concertationdes partenaires techniques et financiers et des acteurs du Secteur Privé sur l’élaboration d’un modèle de plateforme multi-acteurspour la gestion des ressources naturelles

10 février 2015, Hôtel Azur, Yaoundé

 

Documentation :

Mise à la disposition du personnel de FAJOID le Guide de dénonciations et de plaintes de corruption et restitution de la formation sur les droits et mécanismes de protection des défenseurs de l’environnement

Projet d’accompagnement des femmes et Peuples Autochtones dans la protestation contre les plantations d’arbres et agro-industries pour répondre à la forte consommation du papier ; l’huile de palme et du caoutchouc des politiques et grandes entreprises des pays industrialisés au détriment des moyens d’existences des pays du sud. Participation à l’atelier  trimestriel de suivi de la mise en œuvre des actions prioritaires de la plateforme CFP, au programme : Plaidoyer pour la rétrocession de la quote-part de la RFA des communautés : restitution des résultats des enquêtes de terrain et réflexion sur la stratégie de plaidoyer Participation à la mise en œuvre du projet : « Contribution pour l’atténuation et  l’adaptation des populations à la variabilité et au changement climatique dans l’arrondissement de Yokadouma »  CAPV_2C/ ROSE /CIFOR/COBAM/PACEBCo
Participation à la conférence internationale sur la gouvernance des ressources naturelles et les droits des communautés organisée par le CED Participation à l’atelier de lancement du projet « verdir » le respect des droits de l’homme dans le Bassin du Congo et à l’Atelier National d’information et de formation sur les droits et mécanismes de protection des défenseurs de l’environnement organisés successivement  par le CED à Yaoundé à l’hôtel Mont Fébé ; à Kribi… Participation à l’atelier de renforcement des capacités du personnel forestier dans l’exploitation forestière à faible impact sur l’environnement  organisée par UTO Ngoyla Mintom en collaboration avec WWF à Lomié.
Les acquis que Nous observons au niveau du Cameroun -Implication de tous les acteurs et parties prenantes du secteur forestier dans le processus FLEGT.

-Signature des APV FLEGT

-Existence d’un système de traçabilité du bois

-lutte contre l’exploitation illégale

-Transparence

-renforcement des capacités et la collaboration des parties prenantes

etc.

L’engagement du gouvernement Camerounais dans la lutte contre la corruption et la mauvaise gouvernance ·         Prise en compte des droits des femmes et des personnes vulnérable

·         La promotion de l’amélioration des moyens d’existences des populations

La politique forestière de 93 et la loi forestière de 94 d’associe les populations forestières à la gestion des ressources forestières et Le partage des bénéfices à travers la Redevance Forestière Annuelle Nous sommes conscient que :

-le climat change effectivement

-les politiques ont mis sur pied un certains nombre d’actions en vue de lutter contre les changements climatiques

-Nous n’avons pas de moyen d’aller nous installer dans une autre planète comme le prévoient les pays développés

Les lacunes observables Existence de secrètes et non dits qui empêchent les OSC de mettre à nue les informations d’une importance capitale de nature à faire tomber les grosses baleines.

 

Absence des standards des mesures de participation des parties prenantes dans les APV-FLEGT

 

Persistance de l’impunité aucun exploitant véreux emprisonné

-Le suivi du traitement des dénonciations ou des plaintes de corruption envoyées à la cellule de lutte Contre la Corruption ne peut se faire que uniquement en se renseignant au niveau du Secrétariat Exécutif de la CLCC basée à Yaoundé près de la maison du combattant.

-Le nombre très

limité des boites à suggestions pour les dénonciations (25 boites pour tout l’étendu du territoire national)

-Pas de réaction à la suite d’une dénonciation

 

-Ceux qui dénoncent sont dans la plupart des cas les corrompus laissés et trompés par leurs complices.

·         L’octroi des titres d’exploitation des agro industries  aux élites qui confisquent les terres fertiles au détriment de l’agriculture familiale

·         Peu de terre à cultiver et celles qui restent sont exploitées sans cesse et deviennent de ce fait de moins en moins frétilles ;

·         Les produits chimiques utilisés dans les plantations sont toxiques

·         Les élites sont les représentants des firmes multinationales

·

les réalisations effectuées à base de la RFA par les communautés sont très importantes et pour la plupart de très bonne qualité de façon comparatives à celles de la commune

les recettes municipales sont incapables d’apprécier de façon distinctive les versements issus de cette RFA, tout ceci cédant place aux détournements et lourdes fautes de gestion demeurées à ce jour impunies autant que toutes complicités de distraction de fonds intervenues au niveau des comités riverains.

•          Le système de paiement en compensation de la conservation en vue de la réduction des émissions des gaz à effets de sert n’est pas clair pour les communautés.

•          La primauté des intérêts individuels sur l’intérêt collectif.

•          Fragmentation de l’environnement par les exploitants miniers et forestiers,

•          Dégradation par agriculture et autres petits titre d’exploitation

Les raisons de ces lacunes -Le cafouillage de la loi dans les APV-FLEGT

-Le dispositif de traçabilité prévu non encore mis en place

-Absence du mécanisme adéquat de diffusion de l’information dans les zones reculées

-la corruption persiste

-Non reconnaissance formelle du rôle des communautés dans la lutte contre l’exploitation illégale

-La nécessite des moyens financiers pour le déplacement des dénonciateurs.

 

-Complicité Complaisance et solidarité des corrupteurs et corrompus

-persistance de l’impunité

·         Les OSC ne suivent pas la reconversion du bois issu de l’exploitation des agro-industries et la construction des infrastructures

·         Pas de traçabilité de ce bois reconverti

·         Absence de base des données sur les risques liés à ces exploitations

•          Impunité

•          La mauvaise gouvernance

•          L’ignorance et la manipulation des communautés

•          l’analphabétisme

•          La mauvaise gouvernance

•          L’ignorance et la manipulation des communautés

•          l’analphabétisme

•          existence de vide juridique en matière de propriété des arbres au sein d’une communauté

Nos propositions pour un changement réel  ·         Renforcer le plaidoyer pour les politiques de gestion du patrimoine naturel plus inclusive ;

·         Partager les connaissances sur la gouvernance des ressources naturelles les droits de communautés

·         Faire une analyse prospective des perspectifs avenirs.

·         Les OSC doivent amener les bailleurs de fonds vers leur position au lieu de servir les intérêts des bailleurs de fonds.

·         Continuer à faire porter le plaidoyer par la plate forme au lieu de le faire par les OSC entre elles.

·         Faire le suivi  du marché intérieur (local) du bois.

·         Faire la reforme du cadre juridique et appliquer les lois

·

-Accompagner et de proposer des solutions concrètes aux problèmes de corruption soulevés par les dénonciateurs et les victimes de la corruption en les protégeant des représailles éventuelles des corrompus et des corrupteurs

 

-Renforcer la défense des défenseurs et observateurs indépendant

 

-Publier dans les Médias et Réseau sociaux les dénonciations et plaintes de corruption et exploitation illégale

 

-Accroitre le renforcement des capacités des communautés dans l’OIE à travers la création des brigades citoyennes de veille et comités de vigilance.

-Associer l’intervention des forces de l’ordre (Interpol police …) la CONAC, L’ANIF dans les dénonciations

 

-Mise en place d’un serveur de messagerie SMS au siège de FAJOID à Lomié pour le Suivi de l’OIE à distance par SMS.

-Collecter les informations et préoccupations de communautés locales relatives à la conversion des forêts en mettant un accent sur les problèmes spécifiques des femmes et des Peuples Autochtones.

-Analyser les risques liés à la conversion des forêts au Cameroun.

 

Les témoignages recueillis au Brésil, au Nigéria et Papouasie par le Mouvement Mondial pour les Forêts Tropicales démontrent à suffisance que les plantations sont à l’origine s’une situation de crainte ; de violence et harcèlement sexuel permanents, de perte de terre, d’aliment, de moyen de survie des femmes et des Peuples Autochtones.

Grace aux politiques commerciales Européennes, les grandes entreprises viennent se procurer dans les pays du sud les matières premières nécessaires pour fabriquer les produits que l’Europe consomme en excès (Papier Huile de palme Caoutchouc).

Les entreprises, les politiques et la surconsommation ont de lourdent conséquences pour les communautés locales et ces conséquences touchent les femmes et les Peuples Autochtones de façons spécifique et différenciée.

 

En réduisant votre consommation individuelle vous pouvez susciter un début du changement.

Aussi, il faut que les politiques soient radicalement modifiés, qu’elles servent l’intérêt des individus plutôt que des entreprises.

 

FAJOID a un rôle à jouer dans la concrétisation d’un monde socialement respectueuse de l’environnement.

Les communautés, fort du peu de moyens mis à leur disposition et eu égards aux réalisations qui sont les leurs, sont en droit de réclamer l’amélioration des mécanismes de versement de la RFA, en plus des accompagnements pour sa bonne gestion :

 

 

•          les dommages sur l’environnement forestier  causes  par  l’exploitation forestière sont assez considérables, les réduire nécessite  des importants moyens humains et financiers

•          Il est souhaitable de créer au sein des entreprises un réel service de l’environnement et monitoring et les doter d’un personnel qualifie et surtout promouvoir un travail en synergie entre les acteurs

 

•          Développement des techniques agro forestières adaptées aux variations climatiques.

 

•          réunir les exploitants forestier travaillant en régie, par permis d’exploitation, par autorisation personnelle de coupe, l’exploitation commerciale des produits forestiers non ligneux(PFNL) où l’exploitation commerciale des produits fauniques actuel travaillant dans les forêts communautaires, afin de soutenir et promouvoir les pratiques de gestion durable dans toutes les phases conduisant à l’exploitation et la transformation du bois d’œuvre respectant l’environnement forestier

 

0 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Depuis sa création, la FAJOID a mené et a contribué à la réalisation de plusieurs actions de développements en faveur des populations locales et vulnérables au Cameroun. Parmi ces interventions, les plus saillants sont résumés dans les lignes qui suivent.

  1. Projet d’écotourisme dans la RBD (réserve de Biosphère du Dja) pour le maintien de la biodiversité et l’accroissement des revenus des populations riveraines

Ce projet est un projet entièrement mis en place et exécuté par la FAJOID. La zone d’intervention de ce projet couvre les régions du Sud et de l’Est plus précisément à la périphérie de la réserve de biosphère du Dja. La FAJOID exécute ce projet pilote en partenariat avec les agents du service de la conservation. La convention de collaboration FAJOID/conservateur de la RBD est en révision. Car ces activités initiées par FAJOID sont intégrées dans le plan d’aménagement du Dja tel que consigne dans les Sous-programme 3.3 : Développement de l’écotourisme et Sous-Programme 3.2 : Gestion participative des ressources naturelles.

  1. Projet d’appui à l’éducation de la jeune fille pour la réduction des déviances, des grossesses précoces et des infections sexuellement transmissible :

Comme le précédent, ce projet de développement social est entièrement élaboré et implémenté sur le terrain par la FAJOID dans les arrondissements de Mindourou, Lomié, Messok et Ngoyla. Ce projet vise la prévention contre les grands fléaux qui sévissent dans le monde entier en ce qui concerne les maladies. Aussi dans ce projet, la FAJOID démontre comment le phénomène des IST et des grossesses précoces influence sur le développement social, économique et culturel de ces populations.

  1. Programme « Rendons Heureux les Orphelins et Enfants Vulnérables »

A la veille des fêtes de fin d’année, moment privilégié où parents et acteurs sociaux d’horizons divers entendent manifester à tous les enfants du monde les gestes de tendresse, d’amours et de grande attention, la FAJOID a pensé la mise en œuvre de la première édition du programme « Rendons Heureux les Orphelins et Enfants Vulnérables » (RHOEV 2013). Initiative dont l’objet est de redonner l’espoir aux Orphelins et Enfants Vulnérables(OEV), informer et sensibiliser les parents et toutes les autres parties prenantes de manifester leur élan de cœur pour le soutien de cette tranche de la population. C’est la nécessité qui est la nôtre de sortir les OEV de l’ornière existentielle qui se manifeste le plus souvent à travers les actes d’abandon, de délaissement, de négligence et de violence dont ceux-ci sont parfois hélas victimes. Pour ces enfants qui sont l’avenir de demain, c’est un devoir de susciter une prise de conscience de tous les acteurs et de la société sur la prise en charges des OEV, faire briser le silence des OEV, faciliter le dialogue OEV-parents / éducateurs, promouvoir l’épanouissement et l’autodétermination et l’intégration social de OEV.

Ce programme, financé à 95% sur fonds propre de FAJOID est menée en collaboration avec le MINAS précisément le Chef de Service de l’Action Sociale auprès des populations Pygmée de Lomié sous le haut patronage de M. le sous-préfet de l’Arrondissement de Lomié. Certains leaders Baka sont mis à contribution pour faciliter les études dans les ménages.

L’expérience de l’organisation dans les projets et/ou sur les questions similaires à la thématique de ce projet s’articule également sur la somme des expériences professionnelles des personnes ressources de FAJOID désignées pour la mise en œuvre de l’action.

Expérience spécifique relative aux questions des moyens d’existences des peuples autochtones :

La FAJOID au travers de sa présidente du comité de gestion a participé à la mise en œuvre de trois grand projets au sein du PERAD  (l’organisation pour la protection de l’environnement la recherche et l’appui au développement) :

  • « Le projet d’appui à la participation des pygmées Baka à la gestion forestière et accès aux revenus dans le département du Haut-Nyong au Cameroun ». Projet financé par l’Union Européenne.
  • « Le projet sécuriser les forêts et les moyens d’existence des Baka, Bakola et Bagyeli au Cameroun ». Un projet du CED (Centre pour l’Environnement et le Développement) et RAINFOREST FONDATION. L’équipe du PERAD à laquelle faisait part Madame ANKOM ONTSA Annie Florence (Présidente fondatrice de FAJOID) vers la fin du projet en 2009 s’est accordée de :
  • Poursuivre avec l’approche participative à travers les LIKANO ou théâtre populaire et Focus Group ;
  • Organiser la collecte du MBALAKA(PFNL) qui est une grande source de revenu financière pour les Baka ;
  • Acheter le matériel agricole tel que les machettes, limes, houes, les semences d’arachides et les concombres ;
  • Distribuer avec des signatures d’engagements aux prêts, du matériel et semences acquis ;
  • Faire le suivi des champs ;
  • Et organiser un atelier national sur les forêts communautaires à Lomié.
  • Le projet «sécurisation des droits coutumiers des communautés autochtones Baka dans et autour des parcs nationaux de BoumbaBek et Nki »

L’objectif de ce projet étant d’aider les communautés locales et autochtones à sécuriser leurs droits coutumiers dans les plans d’aménagement forestiers. Ici il était question pour l’équipe non seulement d’organiser les réunions afin de préparer les leaders communautaires « KULAWE » à la rencontre avec les autorités ; mais également réaliser la cartographie participative après une formation réalisée à Lomié des organisations partenaires du CED dans la mise en œuvre de ce projet.).

L’expérience de votre organisation en matière de réalisation de projets de coopération internationales, de gestion des ressources naturelles ayant obtenu des résultats positifs, le cas échéant

Le Réseautage

Grâce au dynamisme de sa présidente, la FAJOID a su s’intégré dans de  grands regroupements d’ONG de développement nationale et régionale. Ce potentiel a déclenché une confiance car dans ce sens, la FAJOID a eu à réaliser en partenariat avec d’autres structures des prestations à la dimension de la mission sollicité au CUSO

  • Membre du ROLD (Réseau des ONG Locales du Dja), à ce titre un où deux représentants de la FAJOID participent aux réunions, formations, travaux, échanges et partages d’expériences organisés par le réseau.
  • Membre du groupe d’acteurs des organisations de la société civil de la FOMOD (Forêt Modèle de Dja et Mpomo) et membre du groupe d’acteurs écotourisme de la FOMOD. Ainsi, la FAJOID participe à divers initiatives du SRAFM (Secrétariat du Réseau Africain des Forêts Modèles). Entre autre, la FAJOID a proposé la description d’un circuit éco touristique en septembre 2011 au projet le « MUSEE DE L’ARBRE » initié par le SRAFEM dans les deux forêts modèles.
  • La FAJOID à travers sa présidente du conseil de gestion a facilité la mission d’évaluation du potentiel touristique d’une équipe d’étudiants canadiens en tourisme d’aventure et de plein air avec leur enseignante à la FOMOD dans le cadre du projet STEP du SRAFEM mis en œuvre dans les deux forêts modèles.
  • FAJOID est membre du Réseau des Femmes Africaines pour la gestion communautaire des Forêts (REFACOF) et a participé à travers sa présidente à la majorité des travaux et consultations en ateliers du REFACOF – Cameroun depuis la première Assemblée Générale Régionale. FAJOID a contribuée avec le REFACOF à la révision de la loi forestière en faveur de la prise en compte des intérêts des femmes dans les tenures forestière et foncière.
  • FAJOID à travers sa présidente du conseil de gestion assure la coordination adjointe du bureau régionale de l’EST de la Brigade citoyenne de Veille sur la bonne gouvernance démocratique. Cette dernière est un comité régional de suivi participatif de la gouvernance locale et du respect des promesses électorales par les Mairies de la région de l’Est. FUTUR AFRIQUE dans le cadre du projet d’appui à la bonne gouvernance dans la région de l’Est au Cameroun (PROJET PRODEMO-EST) s’est fait la promesse de renforcer la démocratie et la gouvernance locale dans la Région de l’EST au Cameroun à travers la participation effective des populations locales au processus de désignation et de responsabilisation des élus locaux ; de suivi et de contrôle de la gouvernance locale. FAJOID assure la coordination de la Brigade citoyenne de veille (régionale) crée dans le cadre de ce projet.
  • Aussi, FAJOID est l’OAL qui accompagne et mobilise les communautés de Lomié Messock et Ngoyla dans la mise en place de la plateforme sur la redevabilité minière du ministère des mines et ainsi que le projet ProMess de FODER à Ngoyla.
  • FAJOID est membre actif de la Plateforme Forêt et Communauté(CPF) qui s’est engagée sans ambages dans une meilleure protection des droits des communautés forestières dans les processus de gestion durable des ressources naturelles. Plateforme Coordonnée par le Centre pour l’Environnement et le Développement(CED) à ce titre ; FAJOID participe aux réunions, formations, travaux, échanges et partages d’expériences organisés par les membres du réseau CFP et le CED.la fiche suivante donne le détail des actions de notre ONG au cours de l’année 2015. Concrètement, au sein de la plateforme CPF FAJOID s’est engagé dans la mise en œuvre et le suivi de l’APV FLEGT (participation, transparence, ainsi que d’autre question générale) ; l’observation indépendante externe ; la conservation des forêts ; le partage des bénéfices issus de l’exploitation des ressources naturelles aux communautés riveraines ; les changements climatiques …

 

en_GBEnglish